Station#34

2022

Talla Thiam, Les Contes de la Kora,  2022, 19’


Les Contes de la Kora,
par Talla Thiam

C’est une « harpe luth », qui est originaire de l’Empire mandingue (Empire regroupant le Mali, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Sierra Léone…).
Cet empire est organisé en castes : les « griots », les forgerons, les cordonniers, avec une langue commune le Bambara et un roi le Mansa.
Composés de nombreuses ethnies, les groupes principaux en sont : les Bambaras (centre du Mali), les Malinkés (l’Est de la Guinée), les Diolas (Côte d’Ivoire et Sénégal).
Le style de jeu complexe de la kora peut se rapprocher de la guitare flamenco.

La kora est composée d’une demi-calebasse évidée de 40 à 60 cm de diamètre, percée d’un trou de dix cm de diamètre en guise de rosace (dans la partie supérieure). Deux autres trous (au-dessus et en dessous) permettent de faire passer la hampe (manche de bois) à travers la calebasse.
La calebasse est recouverte d’une peau de vache où de chèvre tendue mouillée, qui sert de table d’harmonie. La peau est maintenue par des clous de tapissier enfoncés dans la calebasse suivant des décorations variées, puis la peau qui dépasse est découpée. Une « traverse » (appelée barambando) et deux poignées pour les mains (bulkalamo) en bois servent de « barrages » (comme sur les guitares) et sont glissés sous la peau qui sera percée pour les laisser sortir.

La hampe, manche de bois long d’environ 1 m 20 à 1 m 40, assure le maintien entre les principaux éléments vibrants de la kora (cordes, chevalet et calebasse). L’essence de la hampe est souvent en guénou ou guéni (palissandre du Sénégal) qui sert aussi pour la fabrication des balafons, elle est parfois ornée de sculptures. Dans sa partie basse la hampe traverse la calebasse et elle est raccordée par un anneau métallique aux cordes (cordier). Dans sa partie haute, la hampe assure la tension des cordes accrochées traditionnellement au moyen d’anneaux en peau de vache, ou de nos jours au moyen de clefs (mécaniques de guitare ou chevilles de bois) afin de faciliter leur accordage.

Les cordes de la kora reposent sur un chevalet en bois, maintenu sur la peau par la seule pression des cordes dont le nombre est de 21. La symbolique du nombre des cordes est : 7 cordes pour le passé, 7 cordes pour le présent et
7 cordes pour le futur.

La plus grosse des cordes est appelée bajourou (la mère-corde). Les boyaux d’autrefois sont aujourd’hui remplacés par du fil de pêche de différents diamètres (de 0,5 mm à 2,40 mm – les cordes les plus basses sont parfois des tresses de fils de diamètre inférieur). À l’autre extrémité, les cordes sont reliées par de la drisse au cordier.

Technique
La kora se joue debout ou assis, l’instrument devant soi. On empoigne les bulkalamos des deux mains et on joue avec quatre doigts (les pouces et les index) des deux côtés du chevalet, comme pour une harpe.
Bien que le son d’une kora est très similaire à celui d’une harpe, les techniques utilisées pour jouer sont beaucoup plus semblables à celles utilisées pour la guitare flamenco.
L’artiste joue de l’instrument en le plaçant devant lui, en le tenant avec les deux doigts du milieu qui saisissent ses deux rebords en bois.
Les cordes sont pincées avec le doigt pouce et l’index des deux mains, la ligne de 11 avec la main gauche, celle de 10 avec la droite.
Les joueurs très expérimentés sont capables d’effectuer simultanément un accompagnement ostinato (dit kumbeng) et un solo improvisé (appelé biriminting).

Diffusion & rôle culturel
La kora est largement répandue parmi tout le peuple Mandingue en Afrique de l’Ouest. Cet instrument se rencontre au Mali, en Guinée, au Sénégal et en Gambie. Le joueur de kora y est appelé « Jali ». En général, il appartient à une famille de « griot », à savoir « chanteur de ballades ». Comme les « griots », il jouit d’un grand respect auprès du peuple Mandingue (car ils sont ceux qui ont des connaissances sur les traditions, les actes des ancêtres, les arbres de la famille du clan, ou toute la tradition orale du peuple).
« Jali » est considéré comme très important et honorifique.

Tradition & modernité orale
Il y a plusieurs histoires orales relatant l’invention et l’histoire de cet instrument de musique particulier dans l’ancien royaume du Mali. Il est dit que la kora a été inventée par un grand chef guerrier, Tira Maghan, et qu’il l’avait donnée aux « griots » de son village.
Depuis lors, elle deviendrait l’instrument privilégié des « griots » qui en découvrent toutes les facettes et les possibilités sonores afin de tirer le meilleur parti de ce don précieux reçu de leur Seigneur.
Selon une variante du même mythe, largement répandu en Gambie, dans la région de la première Kansala, elle appartiendrait à une femme particulièrement ingénieuse et créative, probablement une « griotte ».
En l’absence de documents écrits et suite à la seule tradition orale de ce sujet, il est difficile de déterminer ce qui a été le développement historique de la kora avant l’avènement des Européens.
La kora est citée, entre autres, par l’explorateur écossais Mungo Park, dans son « Voyages dans les districts de l’intérieur de l’Afrique » en 1799.
Au XXe siècle, dans la région de la Casamance, ils ont commencé à construire une kora de 25 cordes.
Une version électrique de la kora, la gravi-kora, a été inventée vers la fin du siècle par Robert Grawi, et est maintenant utilisée par de nombreux musiciens Africains : Foday Musa Suso, par exemple, joue dans quelques chansons gravi-kora avec Herbie Hancock.
Stefano Lentini a utilisé la kora comme un instrument de soliste dans les œuvres, pour piano et orchestre, de la bande originale du film « Bakhita », mélange des éléments de la tradition sénégalaise populaire avec des éléments stylistiques de la musique classique occidentale.

Musiciens de la célèbre Kora
Kauoding Cissoko (Sénégal) ; Mamadou Diabaté (Mali) ; Sidiki Diabaté (Mali) ; Toumani Diabaté (Mali) ; Jali Musa Jawara (Guinée) ; Tunde Jegede (Royaume-Uni) ; Maya Jobarteh (Royaume-Uni) ; Sona Jobarteh (Gambie) ; Amadou Bansang Jobarteh (Gambie) ; Alhaji Bai Konte (Gambie) ; Amadou Kouyate (États-Unis) ; Batrou Sekou Kouyate (Mali) ; Djimo Kouyaté (Sénégal) ; Morikeba Kouyate (Sénégal) ; Moussa Kouyate (Mali) ; N’Faly Kouyate (Guinée); Toumany Kouyate (Sénégal) ; Jaliba Kuyateh (Gambie) ; Kane Mathis (États-Unis) ; Foday Musa Suso (Gambie) ; Jali Nyama Suso (Mali) ; Mariyama Suso (Gambie, Suisse) ; Salieu Suso (Gambie) ; Papa Susso (Gambie) ; Lamin Saho (Gambie) ; Ballaké Sissoko (Mali) ; Mory Kanté (Guinée) ; Silvia Balossi (Royaume-Uni) ; Noumoucounda (Sénégal).

Talla Thiam

Source bibliographique :
https://boowiki.info/art/luth-harpes/kora.html

*

Talla Thiam est administrateur, manager culturel et secrétaire général de l’Association des managers et agents d’artistes (AMAA) du Sénégal.
Diplômé des métiers de la Musique, leur Organisation, leur Administration et leur Économie (MOAE) du Goethe Institut de Dakar ; titulaire d’un Master 2 de l’Institut Supérieur des Arts et des Cultures (ISAC) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, il est vit et travaille au Sénégal.

***

Musique de Toumani Diabaté, Ballaké Sissoko et Noumoucounda.

Groupe de réalisation : Talla Thiam ; Carla Beaumatin, Adrien Lacabanne, Indigo Simon, Quentin Valverde, Stéphane Joly et Alexandre Castant.

Remerciements : Talla Thiam et Catherine Fraixe, Jérôme Joy, Jean-Michel Ponty et Les Journées du son de l’École nationale supérieure d’art de Bourges (27-29 avril 2022).

Illustration : Joueur de Kora.